Portrait du Docteur Edward Bach

La jeunesse d’Edward Bach

Edward Bach est né le 24 septembre 1886 dans le village de Moseley près de Birmingham. Aîné de deux frères et d’une sœur, enfant sensible mais à la santé fragile, il se découvre très tôt une passion pour la Nature à travers les plantes et animaux qu’il découvre lors des vacances familiales au Pays de Galles.

Peut-être à cause d’Howard Fisher son maitre d’école gallois qui lui inspirait un grand respect, très tôt il décide de devenir Médecin. Mais les études coûtent cher : Refusant d’être un fardeau, à 16 ans il les interrompt et décide de travailler dans l’usine de Laiton de son père. En 1902 le laiton, alliage de cuivre et zinc, servait à fabriquer les lampes à pétrole mais également des objets de culte.

Durant cette période, au contact du monde ouvrier souffrant, il prend véritablement conscience que sa vocation est de soulager les autres et sa détermination à faire Médecin se renforce.

Déjà il remarque que la plupart des souffrances physiques de ses collègues peuvent trouver une origine dans leurs problèmes psychologiques.


En parallèle, en Janvier 1903, il s’enrôle comme soldat volontaire à temps partiel dans le régiment « Worcester Yeomanry » qui revenait de la guerre des Boers en Afrique du Sud

Edward Bach Worcester Yeomanry

Ses début de Médecin

Il travaillera trois ans dans l’usine de son père puis, fidèle à sa vocation, s’inscrit à 20 ans à l’université de Birmingham. Il obtient son diplôme en 1914 à Londres, un an après son mariage avec Marries Gwendoline Caiger.

Sur sa lancée, il continue ses études et obtient deux diplômes de spécialisation et devient membre du Royal College of Surgeons et du Royal College of Physicians.

Il travaille d’abord comme chirurgien urgentiste à l’University College Hospital de Londres, puis ouvre un Cabinet de consultations à Londres près de Harley Street . Pressentant que les troubles de ses patients ont des origines plus profondes, tout en maintenant son cabinet, il commence à travailler en Centre Hospitalier Universitaire afin de commencer des recherches en tant qu’assistant en Immunologie et bactériologie.

C’est à cette époque qu’il met au point ses premiers vaccins intestinaux ayant deviné la relation entre les maladies chroniques de ses patients et la composition de leur flore intestinale.

Mais la 1ère guerre mondiale arrive : il se porte volontaire et est affecté en Janvier 1915 à Cambridge auprès des blessés de guerre. En Janvier 1916 il devient papa de sa fille Kitty.

Sa Santé fragile et l’incroyable charge de travail fait qu’en 1917 il s’écroule dans son laboratoire et tombe dans le coma. Opéré d’urgence, on lui diagnostique un Cancer abdominal et ses collègues médecins ne lui donnent que quelques semaines à vivre.

Face à cette catastrophe, il décide de poursuivre à corps perdu ses recherches.. et miraculeusement retrouve peu à peu la Santé. Il en déduit qu’une véritable passion, un but dans la vie a participé à sa guérison. Cela le conforte dans son idée que les maladies trouvent leur origine dans l’esprit du patient.

En 1919, Edward Bach aux multiples activités se trouve obligé de démissionner du Centre Hospitalier Universitaire qui interdit les cumuls d’emplois. Il rejoint alors l’Hôpital Homéopathique de Londres comme bactériologiste. Il découvre alors l‘homéopathie d’Hanemann qui concorde avec ses propres conclusions quant aux origines intestinales des maladies chroniques.

C’est à cette époque qu’il met au point sept vaccins, correspondant à sept profils psychologiques, appelés Nosodes de Bach : Proteus, Dysentery, Morgan, Faecalis Alkaligenes, Coil, Mutabile et Gaertner.

Retour à la Nature

En 1922, Edward Bach en plus de son travail à l’hôpital Homéopathique, s’occupe de deux cabinet médicaux, dont l’un gratuit pour les plus pauvres. Simultanément, un peu déçu par les résultats de ses nosodes, il s’intéresse de plus en plus aux fleurs et en particulier à leur Rosée qu’il soupçonne de contenir l’énergie vitale de la plante. En 1928 il met au point ses premiers élixirs avec 3 plantes Impatience, Mimulus et Clématite.… et considère les résultats supérieurs à ses vaccins à base de germes intestinaux.

Finalement en 1930, il décide de quitter Londres pour s’installer à la Campagne. Il démissionne de ses postes en Hôpital et revend ses cabinets médicaux.

Sa principale occupation devient d’arpenter la campagne du Pays de Galles pour y trouver des fleurs correspondant aux sept familles de profils psychologiques qu’il avait ébauché avec ses nosodes. Pour récupérer la Rosée des fleurs, il met au point la méthode de Solarisation qui consiste à exposer au Soleil des fleurs fraîchement coupées dans un récipient rempli d’eau de source puis mélangé à du Brandy. Il inventera ensuite la méthode de l’ébullition pour des fleurs « plus coriaces ».

Fin 1933, il invente son fameux remède d’urgence, rescue, mélange de 5 fleurs (Clématite, Prunier, Impatience, Hélianthème, Star of Bethléem), et en profite pour sauver la vie d’un pêcheur évanoui après un accident de pêche.

En 1934 il s’installe avec son assistante Nora Weeks près de Wallingford dans la vallée de la Tamise, dans le village de Sotwell. Sa maison est aujourd’hui mondialement connue sous le nom de « Mount Vernon« .

Mount Vernon maison du Docteur Bach
Mount Vernon

De 3 fleurs, il passe bientôt à 12, puis 19 puis enfin 38 fleurs. Il écrit alors son unique ouvrage « guéris-toi toi-même » auquel il rajoute « les 12 guérisseurs et autres remèdes«  dans lequel il déclare alors son système terminé car parfait. Il meurt tranquillement dans son sommeil le 27 Novembre 1936.

les 12 guérisseurs Edward Bach

Son collaborateur Victor Bullen, mais surtout son assistante et secrétaire Nora Weeks ont perpétué le travail du Docteur Bach en créant le Centre Bach qui continuera jusqu’en 1993 à diffuser l’Esprit de générosité d’Edward Bach.

Ensuite le Bach Centre, la maison et l’héritage du Docteur Bach furent rachetés par un laboratoire pharmaceutique monégasque.. Mais c’est une autre histoire..

Catégories : Blog BD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *